Une marque de bière partenaire officiel du site de la RTBF, section “sport moteur” !

Une marque de bière partenaire officiel du site de la RTBF, section “sport moteur” !

Une marque de bière a élu domicile… sur les pages du site Internet du service public en “devenant le partenaire officiel du site de la RTBF, section sports moteurs”[1]!

Le mythe de « l’autorégulation publicitaire » montre à nouveau son caractère dangereux et mensonger. Le renforcement de la législation publicitaire et du contrôle de son application, notamment pour les boissons alcoolisées, est nécessaire.

*

Lorsqu’une marque de boisson alcoolisée fait l’éloge de la conduite sportive, une limite est franchie. Lorsque le service public se transforme en support publicitaire pour une marque de bière associée à la conduite sportive avec le slogan « Try if you can » [essaye si tu l’oses], la crédibilité des pouvoirs publics est à terre[2].

Après la décision de l’olivier d’ouvrir en grand les vannes publicitaires sur le service public, ce genre de dérapage incontrôlé était prévisible. La RTBF devenue « .be » se transforme en plate-forme de diffusion de messages commerciaux participant activement à la détérioration de la sécurité et de la santé publique. En effet, doit-on encore rappeler que l’alcool au volant reste une des principale cause d’accident de la route ?

Le rôle de la Ministre de tutelle Madame Laanan – qui outre le portefeuille de l’audiovisuel a acquis celui de la santé – est ici directement mis en cause.

Cette pratique particulièrement irresponsable (trois fenêtres publicitaires sur le site de la RTBF !) associe une bière forte à une conduite de compétition c’est à dire toujours à l’extrême limite des possibilités du pilote et de sa machine. Il s’agit d’une incitation scandaleuse à des comportements dangereux pour le consommateur et pour tous les usagers de la route. Cette campagne témoigne de dérives préoccupantes à plusieurs niveaux :

  • le financement publicitaire du service public audiovisuel pousse la RTBF à des pratiques irresponsables, radicalement opposées à ses missions de service public,
  • la réalité montre que l’autorégulation publicitaire ne fonctionne pas. C’est un alibi dangereux : ce genre de publicité est théoriquement interdit par la « convention Arnoldus » qui est le « code de bonne conduite publicitaire » en matière de boissons alcoolisées. L’incapacité de l’industrie publicitaire à se fixer des limites claires, acceptables et à les respecter doit mener au renforcement de la loi. « L’autorégulation » ne permet aucunement la protection des consommateurs et de la santé publique.
  • Il est nécessaire d’interdire la publicité pour l’alcool[3].
  • Un organe indépendant chargé du contrôle et de l’application de la loi encadrant les pratiques publicitaires, annoncé de longue date dans divers plans fédéraux, doit enfin être mis en place.

Contacts :
ASBL Respire : Jean Baptiste Godinot / 02 534 96 37 – www.respire-asbl.be
ASBL Infor-Drogues : Antoine Boucher / 02 227 52 65 – www.infordrogues.be

1 Go on sur la RTBF/ Anthony Martin
2 Sports moteur
3 Les publicitaires savent pourquoi

« Les publicitaires savent pourquoi »
ParInfor-Drogues
Les commentaires sont fermés.