Une marque de bière partenaire officiel du site de la RTBF, section “sport moteur” !

Une marque de bière partenaire officiel du site de la RTBF, section “sport moteur” !

Une marque de bière a élu domicile… sur les pages du site Internet du service public en “devenant le partenaire officiel du site de la RTBF, section sports moteurs”[1]!

Le mythe de « l’autorégulation publicitaire » montre à nouveau son caractère dangereux et mensonger. Le renforcement de la législation publicitaire et du contrôle de son application, notamment pour les boissons alcoolisées, est nécessaire.

*

Lorsqu’une marque de boisson alcoolisée fait l’éloge de la conduite sportive, une limite est franchie. Lorsque le service public se transforme en support publicitaire pour une marque de bière associée à la conduite sportive avec le slogan « Try if you can » [essaye si tu l’oses], la crédibilité des pouvoirs publics est à terre[2].

Après la décision de l’olivier d’ouvrir en grand les vannes publicitaires sur le service public, ce genre de dérapage incontrôlé était prévisible. La RTBF devenue « .be » se transforme en plate-forme de diffusion de messages commerciaux participant activement à la détérioration de la sécurité et de la santé publique. En effet, doit-on encore rappeler que l’alcool au volant reste une des principale cause d’accident de la route ?

Le rôle de la Ministre de tutelle Madame Laanan – qui outre le portefeuille de l’audiovisuel a acquis celui de la santé – est ici directement mis en cause.

Cette pratique particulièrement irresponsable (trois fenêtres publicitaires sur le site de la RTBF !) associe une bière forte à une conduite de compétition c’est à dire toujours à l’extrême limite des possibilités du pilote et de sa machine. Il s’agit d’une incitation scandaleuse à des comportements dangereux pour le consommateur et pour tous les usagers de la route. Cette campagne témoigne de dérives préoccupantes à plusieurs niveaux :

  • le financement publicitaire du service public audiovisuel pousse la RTBF à des pratiques irresponsables, radicalement opposées à ses missions de service public,
  • la réalité montre que l’autorégulation publicitaire ne fonctionne pas. C’est un alibi dangereux : ce genre de publicité est théoriquement interdit par la « convention Arnoldus » qui est le « code de bonne conduite publicitaire » en matière de boissons alcoolisées. L’incapacité de l’industrie publicitaire à se fixer des limites claires, acceptables et à les respecter doit mener au renforcement de la loi. « L’autorégulation » ne permet aucunement la protection des consommateurs et de la santé publique.
  • Il est nécessaire d’interdire la publicité pour l’alcool[3].
  • Un organe indépendant chargé du contrôle et de l’application de la loi encadrant les pratiques publicitaires, annoncé de longue date dans divers plans fédéraux, doit enfin être mis en place.

Contacts :
ASBL Respire : Jean Baptiste Godinot / 02 534 96 37 – www.respire-asbl.be
ASBL Infor-Drogues : Antoine Boucher / 02 227 52 65 – www.infordrogues.be

1 Go on sur la RTBF/ Anthony Martin
2 Sports moteur
3 Les publicitaires savent pourquoi

« Les publicitaires savent pourquoi »
Il est clair que la pub alcool est visible partout. Elle est tellement présente dans notre environnement quotidien qu’on ne la remarque plus. Elle a réussi à passer pour un élément du décor. Personne n’y échappe vraiment même si on est persuadé que « la pub ne m’influence pas ». Média-animation, le groupe-porteur ” Jeunes et alcool” et le CRIOC ont créé un document qui rend ce phénomène visible et qui permet, non seulement de le décoder mais en plus d’agir parfois concrètement. Chapeau ! Enfin, nous pouvons prendre en charge les personnes suivant une cure de désintoxication ou en traitement de substitution auprès d’un médecin. Pour plus de renseignements concernant les lieux résidentiels et hospitaliers de cure, n’hésitez pas à consulter notre site à la rubrique Aide, Coordonnées utiles. Un contact avec la permanence téléphonique ou électronique peut également être pris pour de plus amples informations.
ParInfor-Drogues
Les commentaires sont fermés.