Refus fédéral du traitement médical à base d’héroïne

Refus fédéral du traitement médical à base d’héroïne

docteur_policierLa consommation de drogues est-elle, oui ou non, une question de santé publique ?

Selon la Note fédérale drogues de 2001 (actualisée en 2010 mais toujours en vigueur) « le gouvernement fédéral confirme que l’abus de drogues est un problème de santé publique ». Néanmoins, force est de constater que la réalité est très loin de cela. Ainsi le gouvernement vient de refuser, ce 31 mars 2015, une proposition de loi qui encadrerait et prolongerait l’expérience de délivrance médicalisée d’héroïne.

Projet-pilote thérapeutique mis en place et mené à Liège entre 2011 et 2013, TADAM proposait à des patients toxicomanes fortement dépendants un traitement assisté par diacétylmorphine, c’est-à-dire de l’héroïne pharmaceutique prescrite et administrée sous la supervision d’infirmiers dans le centre. Ce projet liégeois avait pourtant été évalué de façon très positive en termes de santé publique notamment par l’Université de Liège.

L’équipe de recherche universitaire avait constaté une diminution de la consommation de l’héroïne de rue, une amélioration de la santé physique et mentale des patients et une diminution des faits de délinquance commis par ces personnes. Les chercheurs avaient recommandé la poursuite de ce type de traitements en Belgique.

L’autre proposition de loi rejetée concernait l’ouverture de « salles de consommation à moindre risque ». Il s’agissait, via l’ouverture de ces salles, d’entrer en contact avec les consommateurs de drogues « à haut risque » (en particulier ceux qui consomment par voie intraveineuse), d’améliorer leur santé sociale et sanitaire et de diminuer les nuisances publiques. Ces deux propositions de loi étaient non seulement soutenues par les institutions actives en toxicomanie, mais aussi par la conférence interministérielle Santé publique (qui regroupe les six ministres de la santé que compte notre pays). De plus, de tels projets existent déjà dans plusieurs pays européens et la Région wallonne, la Fédération Wallonie-Bruxelles et la Région bruxelloise étaient prêtes à accueillir de nouveaux dispositifs. La majorité parlementaire n’a même pas jugé nécessaire d’entendre des experts de la santé avant de prendre leur décision.

Le gouvernement prétend agir dans le cadre de la Santé mais il n’en est rien, c’est la Justice qui mène la danse. Cela mène à une prévention inefficace, à des problèmes de santé publique et à un surcoût policier important et contre-productif.

Au final, les compétences de prévention, de soin et de réduction des risques qui sont attribuées aux Régions et Communautés ne peuvent se déployer tant que le Fédéral n’accepte pas que d’autres niveaux de pouvoir mènent des politiques différentes. En matière de politique drogues, le modèle fédéral ne fonctionne pas non plus !

ByInfor-Drogues
Les commentaires sont fermés.