Archive de l’étiquette belgique

[Dans la presse] Un Belge sur trois est pour la légalisation du cannabis (Bel RTL)

Un récent sondage montre qu'un tiers des Belges est pour la légalisation du Cannabis

A l’approche des élections de 2024, la question de la légalisation du cannabis est de nouveau sur le devant de la scène politique. Afin de voir dans quelle direction penchent les belges, un sondage[1] révèle qu’un tiers des personnes interrogées est pour la fin de la prohibition du cannabis. Près de la moitié est cependant encore contre. Le fossé se creuse encore un peu plus quand la question de la gestion de cette substance par l’Etat est posée. Bel RTL a invité Infor-Drogues pour commenter ces chiffres dans une série de questions-réponses que vous pouvez écouter ci-dessous. Un résultat qui montre avant tout les limites de ces sondages quant à l’information donnée aux répondants sur les sujets mis en débat.

 

Car dans une société où les consommations de drogues illégales sont encore largement stigmatisées et dramatisées, il n’est pas étonnant que la majorité des citoyens y reste opposé. De simples questions comme « Êtes-vous pour ou contre la légalisation du cannabis ? » et « Est-ce que l’État devrait en organiser la culture et la vente ? » ne laissent pas penser qu’un encadrement soit prévu. Sans plus de contexte, il est inévitable qu’un grand nombre de personnes se base sur les représentations, souvent négatives, de ce que serait un monde dans lequel le cannabis est légal : une société de jeunes apathiques, inactifs, dangereux et instables.

Heureusement, tout cela reste des idées reçues, et il est possible de les combattre. Mais pour cela, il ne faut pas simplement demander l’avis des gens, il faut aussi et surtout les informer pour qu’ils puissent émettre un avis éclairé. Le succès des référendums qui ont permis la légalisation du cannabis dans certains Etats Américains est la preuve que des citoyens informés sur les enjeux sont plus susceptibles de les adopter. Dans le projet de légalisation du cannabis qui sera prochainement adopté en Allemagne, il n’est pas juste écrit « le cannabis n’est plus interdit ». Des règles et des conditions précises encadreront les consommations. Il est évident que ça serait aussi le cas si la Belgique passait le cap.

Face aux représentations, de l’information

Même si aucun plan n’est encore établi, il est donc important de communiquer au grand public que ne plus prohiber un ou plusieurs produits ne veut pas dire qu’il n’y aura pas de règles à respecter. Bien au contraire. Par exemple, comme c’est le cas pour l’alcool ou le tabac, les mineurs ne pourraient pas consommer. Il faudra par contre éduquer chacun socialement au produit, et en particulier les jeunes, pour qu’ils puissent avoir toutes les clés en mains afin d’aborder au mieux une consommation, quand ils pourront choisir d’en avoir une. De la même façon, si ce n’est pas nécessairement l’État qui doit gérer la production et la vente, il doit néanmoins établir toutes ces règles à respecter.

Dans l’idéal, des structures sans but lucratif pourrait gérer la production et la distribution, afin d’éviter que le cannabis ne devienne un produit commercial comme l’est l’alcool. Une structure officielle est néanmoins importante pour éviter que la vente soit légale mais que l’approvisionnement doive quand même passer par le marché noir, comme c’est le cas aux Pays-Bas. Enfin, il est capital que chacun se rende compte que la meilleure chose à faire pour les consommateurs, ce n’est pas de renforcer l’interdit, mais d’y mettre fin. Cela permettrait de libérer les usagers du poids de la stigmatisation, des risques sociaux, sanitaires et judiciaires. Et donc de la peur de se confier et demander de l’aide en cas de problème. Une bonne légalisation ne peut passer que par l’écoute et l’empathie. Des principes dont notre société, dans son ensemble, a bien besoin.

 

[1] Grand baromètre : seul un tiers des Belges favorables à la légalisation du cannabis (infographies), Louis Colart, Le Soir, 02 octobre 2023

ParInfor-Drogues

[Dans la presse] Légalisation du cannabis : qui pour inspirer la Belgique ? (LN24)

légalisation cannabis belgiqueAu cours de ces derniers mois, deux de nos pays voisins ont procédé à la légalisation du cannabis sur leur territoire[1]. Ainsi, le Luxembourg et l’Allemagne pourraient inspirer la Belgique, aussi bien pour un changement législatif que pour les moyens de l’appliquer. Car, contrairement à ce que croient les détracteurs de la légalisation, cette dernière n’est pas synonyme de disponibilité absolue et débridée.

En effet, il est tout à fait possible de libéraliser un produit de manière intelligente et réfléchie. Cela passe par une éducation sociale au produit avec honnêteté et connaissance de ses potentiels effets (positifs ou négatifs). Non pas par la peur, mais par l’écoute et la prise en compte des contextes et des besoins qui animent toute consommation ou comportement potentiellement addictif. Et surtout, sans intention de capitaliser sur le produit, comme c’est le cas avec l’alcool chez nous, et avec le cannabis notamment au Canada et dans certains États des États-Unis.

Un modèle belgo-belge

Le Luxembourg et l’Allemagne ont choisi des modalités différentes, la première basée sur l’auto-culture et l’autre sur les Cannabis Social Clubs. Alors que certaines personnalités politiques relancent le sujet de la légalisation, de quel modèle la Belgique devrait-elle s’inspirer ? Et si la réponse était : le sien ? En 1919, face aux problèmes socio-sanitaires posés par la consommation privée d’alcool, la loi Vandervelde a vu le jour. Plutôt que de prendre la route de la prohibition, le gouvernement belge a décidé de compliquer la vente de petites quantités d’alcool. Ainsi, seuls les cafés et autres établissements de ce type avaient les moyens de s’en procurer. La consommation de ce produit est devenue un acte qui se fait socialement, entouré d’autres personnes, développant ainsi progressivement une culture sociale.

Un apprentissage qui sera aussi nécessaire pour le cannabis s’il est un jour légalisé chez nous. C’est ce qu’explique notre chargé de communication Antoine Boucher dans un reportage d’LN24 que vous pouvez visionner ci-dessous.

 

[1] Au Luxembourg la légalisation est effective depuis juin dernier, en Allemagne le projet passe petit à petit les différentes étapes législatives. Sources : « Le Luxembourg légalise la culture et la consommation de cannabis à usage privé, l’usage public reste interdit », Le Soir, juin 2023 / « La légalisation du cannabis récréatif en Allemagne approuvée par le gouvernement », Le Monde, aout 2023

ParInfor-Drogues

[Dans la presse] Binge drinking, pré-soirées : qu’en est-il de la consommation d’alcool chez les jeunes en Belgique ? (RTBF)

consommation d'alcool chez les jeunes

Bien que le binge drinking ne soit plus un nouveau phénomène [1], cette pratique liée à la consommation d’alcool continue d’inquiéter. Une pratique qui consiste à boire en un court laps de temps une quantité importante d’alcool et reste largement associée à la jeunesse.

Une association de thèmes qui continue à générer beaucoup d’angoisse et d’incompréhension pour les parents et les professionnels qui travaillent auprès des jeunes. Un sujet à propos duquel la RTBF nous a récemment consulté, dans un article disponible via ce lien.

[1] Nous en recensons les premières mentions dans la presse belge en 2005.

 

ParInfor-Drogues

[Dans la presse] La xylazine est-elle arrivée en Belgique ? (Bel RTL)

La xylaxine est-elle arrivée en Belgique ? Alors que sa présence sur le territoire Belge n’est pas encore confirmée, la xylazine provoque déjà l’émoi dans la presse. C’est la vidéo d’un homme filmé dans la rue et présentant une gestuelle inhabituelle qui a lancé la rumeur. Il n’en fallait pas plus pour s’alarmer de l’arrivée de la « Drogue du Zombie » en Belgique. Un traitement médiatique qui ne fait rien pour contribuer à l’information, la réduction des risques ou la déconstruction des stéréotypes qui entourent la consommation de drogues illégales. C’est pourquoi Infor-Drogues a répondu aux questions de Bel RTL Soir dans une interview que vous pouvez retrouver ci dessous.

 

Des consommations plus visibles

Si cette vidéo fait tant parler d’elle, c’est justement parce qu’elle à pu être filmée dans la rue. Des scènes de ce type semblent en effet être plus souvent observées, amenant beaucoup à croire que les consommations de drogues sont plus nombreuses qu’avant. En réalité, ce ne sont pas ces comportements qui ont augmenté, mais plutôt leur visibilité. Depuis les crises successives de ces dernières années, la précarité et le mal-être sont en augmentation constante. Des circonstances qui font que de plus en plus de personnes se retrouvent mal ou pas logées. Pour faire face à ces conditions de vie difficiles, certain·e·s se tournent vers les drogues légales ou illégales, par exemple pour gérer les émotions intenses liées à leur situation. A défaut d’avoir un endroit privé et sûr à disposition, ces usages ont lieu dans la rue.

Plutôt que se préoccuper de la présence d’un produit ou l’autre sur notre territoire, c’est donc de l’augmentation de la précarité et de la stigmatisation qu’il faut s’inquiéter. Or, face aux consommations, les autorités répondent encore quasi systématiquement par la criminalisation. Une solution qui n’en est pas une, puisqu’elle ne fait qu’augmenter les problèmes des personnes qui vivent déjà dans des situations difficiles, ce qui peut encore renforcer le besoin se tourner vers les drogues. Ainsi le serpent se mord la queue, et le système se nourrit de ce qu’il crée lui-même.

La fiction et la réalité

Face aux images, l’emballement est d’autant plus absurde qu’il est impossible de lier un comportement à une drogue en se basant sur une simple vidéo. Les images en question pourraient en effet avoir des explications différentes. Une vidéo n’est pas un rapport toxicologique. De nombreuses autres drogues légales ou illégales pourraient expliquer ce comportement. Il pourrait aussi s’agir de l’expression d’un trouble psychologique. La vérité est que nous n’avons aucun moyen de le savoir. La personne concernée ne saurait peut-être même pas lever le mystère.

C’est l’un des effets de la prohibition : une drogue illégale, on ne sait pas ce qu’il y a dedans. Pas de cadre de fabrication, pas de contrôle de qualité, aucune certitude sur le dosage. A tout moment, les réseaux qui contrôlent la vente de ces produits peuvent décider de faire des économies en les coupant avec d’autres produits moins cher, tout cela à l’insu de l’usager·ère. Un procédé et une absence de normes qui peuvent avoir des effets désastreux sur la santé publique. La xylazine peut en effet provoquer des abcès internes plus compliqués à détecter, et ne dispose pas d’un antidote en cas de surdose[1].

Alors que les États-Unis s’inquiètent de la propagation rapide de ce produit, la solution se trouve déjà dans le passé. Au XXe siècle, la prohibition de l’alcool a fait naître et proliférer les mafias, qui fabriquaient et distribuaient illégalement de l’alcool de mauvaise qualité. Face à l’explosion de la criminalité et des problèmes de santé engendrés par l’alcool frelaté, l’État à fait marche arrière, optant plutôt pour une production et une vente légale, contrôlée et encadrée. Une solution qui avait à l’époque réglé bien des problèmes pour cette drogue en particulier. Un siècle plus tard, il est plus que temps que les États se décident à tenter une nouvelle fois l’expérience.

 

[1] Xylazine, la drogue «zombie» qui crée des plaies jamais vues, Thomas Messias, Slate, mars 2023

ParInfor-Drogues

Chers États prohibitionnistes, vous avez du sang sur les mains

Chers États prohibitionnistes, vous avez du sang sur les mains« Chers consommateurs de cocaïne, vous avez du sang sur les mains »[1], « Les consommateurs doivent savoir que notre sécurité est en danger par leur utilisation. Ils doivent vraiment se regarder dans le miroir »[2]. A entendre certaines personnalités politiques et judiciaires, les consommateur·rices de cocaïne sont les seuls et uniques responsables de l’existence et la violence des réseaux criminels auprès desquels iels se fournissent. Ce n’est pourtant pas la consommation de drogues illégales qui a fait naitre et prospérer le marché noir et ses entrepreneurs. Ceux qui ont mis en place les réseaux criminels qui produisent et distribuent la cocaïne, ce sont les États qui mettent en œuvre les politiques prohibitionnistes et la « guerre contre les drogues[3]».

Or, si les drogues – qu’elles soient légales comme le tabac ou illégales comme la cocaïne – continuent d’être consommées malgré les risques judiciaires et/ou de santé, c’est parce que ces produits remplissent pour leurs utilisateurs des fonctions essentielles. Dans le cas des utilisateur·rices de cocaïne, perçu·es comme des fêtard·es irresponsables et égoïstes[4], la ligne téléphonique d’Infor-Drogues[5], lorsqu’elle est sollicitée, découvre en réalité une consommation plutôt liée au travail. À une époque où les employeurs sont de plus en plus exigeant avec les travailleur·euses[6], certain·es recourent à ces drogues illégales pour être aussi bon·nes, voire meilleur·es, que leurs collègues, ou gérer le stress qu’impliquent des exigences de performance. Les autorités s’obstinent donc à pénaliser ceux qui tentent, certes à leur manière, de satisfaire à certaines normes très impératives de la société.

A cet égard, l’échec de la prohibition de l’alcool aux États-Unis peut servir d’exemple. Poussée par des groupes puritains, l’interdiction totale par le gouvernement américain de la fabrication, vente et consommation d’alcool a donné naissance à de multiples mafias, qui produisaient et écoulaient de l’alcool illégalement dans tout le pays et dans toutes les couches de la société. Cette politique prohibitionniste n’a fait qu’augmenter les problèmes sanitaires liés à l’alcool de mauvaise qualité et a fait exploser la corruption et la violence entre bandes rivales. Après treize longues années, le gouvernement fédéral américain a fait marche arrière, estimant plus sage d’encadrer cette consommation puisque des millions de citoyen·nes n’arrivaient pas à arrêter malgré la prohibition.

Combien de temps faudra-t-il encore avant que les États ne se rendent compte qu’ils sont les seuls à pouvoir changer le système qu’ils ont mis en place, qui engendre toujours plus de violences et fait toujours plus de victimes ?

 

_____________________________________

[1] Propos tenus par l’avocat anversois Walter Damen dans De Standaard, « Belgique. Violences liées au trafic de drogue : quelle est la part de responsabilité des consommateurs ? », 25 aout 2022.

[2] Déclaration du ministre des Finances Vincent Van Peteghem, « Décès d’une enfant lors d’une fusillade à Anvers: « Les consommateurs doivent se regarder dans le miroir », LN24, 10 janvier 2023.

[3] L’exemple d’Anvers montre bien que la « guerre à la drogue » crée de la violence puisque c’est suite au succès de l’enquête policière sur le réseau SKY ECC que la violence des trafiquants s’est déchaînée, probablement pour occuper le terrain.

[4] Idem, propos tenus par l’avocat anversois Walter Damen dans De Standaard.

[5] A la ligne d’écoute téléphonique (02 227 52 52), 506 personnes ont évoqué une consommation de cocaïne, soir dans 21% des appels. Du côté de la permanence électronique, les utilisateurs évoquent ce produit dans 31% des cas.

[6] Il suffit de penser au sort de employés de Delhaize, dont les magasins risquent de devenir franchisés, ce qui les obligerait à travailler plus tout en gagnant moins d’argent.

ParInfor-Drogues

Pin It on Pinterest