Archive de l’étiquette subside

Notre service de prévention disparait à Bruxelles

Notre service de prévention disparait: subside rejeté!

Communiqué de presse du 03 avril 2023

Subventions bruxelloises en Promotion de la Santé 2023-2026

Stupéfaction pour l’association Infor-Drogues : le subside bruxellois qui leur permet depuis plus de 25 ans de travailler dans les écoles et autres institutions sur les questions de drogues et d’addictions vient de leur être supprimé. Quel avenir pour cette association pionnière dans l’accompagnement des personnes dépendantes ?

« On n’a jamais eu autant de travail sur le terrain, jamais eu autant de demandes d’aide. Le confinement et l’isolement social ont eu d’importantes répercussions sur les consommations, qu’il s’agisse d’alcool, de cannabis, de jeux en ligne ou d’antidépresseurs. Le mal-être est réel et l’écoute de cette souffrance est clairement insuffisante. » rapporte Sarah Uijt Den Boogard, intervenante en Promotion de la Santé pour l’association. Elle en veut pour preuve l’augmentation constante du nombre d’institutions qui font appel à Infor-Drogues : 75 en 2022.

De manière générale, c’est bien l’ensemble de cette petite équipe (ils sont cinq pour répondre aux demandes de Bruxelles et de Wallonie) qui est sous le choc. Depuis qu’ils en ont eu connaissance, et malgré les arguments de l’administration, ils ne comprennent pas que le cabinet Écolo de Barbara Trachte ait pris cette décision sans jamais leur demander le moindre complément d’information.

Infor-Drogues vient de fêter ses cinquante années d’existence. En Belgique, elle est pionnière dans l’accompagnement de tous les publics sur la thématique des drogues et des dépendances, et suit de près ses tendances et évolutions. Si l’ASBL est surtout connue pour son service d’écoute téléphonique et de consultation, elle développe également une offre pour les milieux de vie où interviennent des consommations (écoles, lieux d’hébergement, centres d’accueil, IPPJ, …). Dans ce cadre, de nombreuses institutions font appel à leur expertise. C’est ce service bruxellois dont le subside s’arrête.

« Le contexte actuel est difficile pour tout le monde et d’autant plus pour les personnes fragilisées qui ont tendance à se rabattre sur des addictions, faute de mieux. Infor-Drogues nous a permis de nous renforcer dans notre posture, de consolider notre cadre de réflexion tout en remettant la personne et ses besoins au centre de notre attention et de développer des alternatives à la consommation. L’équipe compétente qui nous accompagne nous permet de prendre du recul face à des situations difficiles à gérer en tant que professionnel.l.e.s et sur des questions qui nécessitent une réelle connaissance de la question complexe des addictions. » défend Benoit Gérard, directeur d’une institution d’inclusion sociale pour personnes en situation de handicap.

Depuis, Infor-Drogues reçoit de nombreux soutiens d’institutions accompagnées ou en accompagnement, car son action est vue comme pertinente, voire indispensable au vu de sa singularité, de sa capacité à renouer un dialogue et un lien entre les professionnels et les consommateurs en proie à des difficultés.

En effet, ID propose une action centrée sur les besoins essentiels des publics, au-delà de leurs consommations. En témoigne cette directrice d’institution : « En tant que travailleurs sociaux dans un centre d’accueil pour demandeurs de protection internationale, nous sommes régulièrement confrontés à des personnes sous influence de produit et/ou des comportements difficilement compatible avec une vie en collectivité. Les intervenants d’Infor-Drogues nous ont permis de changer de paire de lunettes avec une approche centrée sur l’identification des besoins qui se cachent derrière ces comportements. Leur approche est plurielle et s’adapte, au fond, à tous les contextes où l’être humain est présent. Leur approche ouvre un autre champ que celui bien trop présent dans notre société qui est de criminaliser, cacher, rejeter, les personnes qui en ont le plus besoin. »

Pourtant, aujourd’hui, au vu de l’arrêt de la subvention de l’association à Bruxelles, de nombreuses institutions s’inquiètent quant à la poursuite (ou du démarrage) du travail avec Infor-Drogues. « Nous ne pouvons rien leur promettre à ce stade, nous sommes toujours dans l’attente d’une rencontre avec la Ministre Trachte », déclare Rocco Vitali, directeur de l’institution. Il poursuit : « Perdre un subside menace parfois tout l’équilibre d’une association comme la nôtre, tant nous sommes parfois obligés de jongler avec les subsides pour arriver à boucler le budget. Aujourd’hui, nous ne savons même pas comment nous allons payer les préavis ! »

A ce jour, l’ASBL poursuit tant bien que mal son travail d’accompagnement auprès de ses publics. Mais jusqu’à quand ? La balle est dans le camp de la ministre.

Contact pour la presse :

  • Antoine Boucher 02 227 52 65 / 0493 17 96 36
  • Fanny Bétermier 02 227 52 56 / 0496 67 35 61 / fanny.betermier@infordrogues.be
ParInfor-Drogues

Pin It on Pinterest