Archives de l’auteur Infor-Drogues

La troisième Tournée Minérale débute ce vendredi

eauPour la troisième année consécutive, plusieurs dizaines de milliers de Belges se lancent le défi de mettre leur consommation d’alcool entre parenthèse du 1er au 28 février. Organisée par la Fondation contre le Cancer (FCC), la Tournée Minérale est l’occasion pour beaucoup de participants de réfléchir à leur relation avec l’alcool et à la place que ce dernier prend dans notre société.

Officiellement, ils étaient plus de 120 000 en 2017 et 105 000 l’an dernier. A quelques heures du début de ce nouveau mois sans alcool, ils sont un peu moins nombreux, près de 50 000, à s’être réellement inscrits sur le site de la FCC. Les organisateurs ne perdent malgré tout pas espoir, estimant qu’un très grand nombre de personne (environ deux millions selon une étude de l’an dernier [1]) participent à cette action sans s’inscrire directement sur le site. Trois quarts d’entre eux avaient relevé le défi avec succès.

Bien plus que le nombre de participants, le Fondation cherche avant tout à ouvrir le dialogue avec le grand public sur la consommation d’alcool et son lien souvent sous-estimé avec le développement de certains cancers. Ainsi, nombreux sont ceux qui croient encore qu’une consommation modérée d’alcool a des effets positifs sur la santé. Or, une récente étude de l’OCDE [2] a montré que les Belges étaient les deuxièmes plus gros buveurs du monde, avec 12,6 litres d’alcool pur par an et par personne, soit environ 250 litres de bières ou un peu plus de 100 litres de vin. Selon l’OMS, il ne faudrait pourtant dans l’idéal pas dépasser les dix verres par semaine, étalés sur cinq jours.

Loin de promouvoir l’abstinence totale, la Tournée Minérale invite cette année encore les participants à ressentir les bienfaits d’une diminution temporaire de l’apport d’alcool. Meilleur sommeil, plus belle peau, perte de poids, économies, regain d’énergie… Lors des éditions précédentes, neuf participants sur dix ont déclaré avoir ressenti au moins un effet bénéfique à participer à cette abstinence temporaire. La tournée minérale permet aussi de changer ses habitudes, notamment en s’ouvrant aux alternatives non alcoolisées comme les boissons soft ou les mocktails, ou plus récemment les bières ou les vins désalcoolisés. Les établissements Horeca sont en effet de plus en plus nombreux à proposer ces alternatives pour contrer la baisse des ventes d’alcool pendant le mois de février.

Comme nous le soulignions déjà l’an dernier, la Tournée Minérale ne saurait servir de tremplin vers l’arrêt pour une personne rencontrant des difficultés face à sa propre consommation d’alcool. Un arrêt soudain pourrait être remplacé par un comportement de substitution. De plus, l’alcool n’est dans ces cas-là jamais la seule difficulté à laquelle la personne fait face. Il faut donc intégrer cet arrêt dans une démarche d’aide plus globale. Si vous vous sentez en difficulté par rapport à votre consommation d’alcool, le mieux est encore de ne pas vous laisser tenter par l’effet de groupe et de nous demander de l’aide sur https://infordrogues.be/ ou au 02 227 52 52 ou auprès de toute autre institution de votre choix.

Et pour les autres, une bonne Tournée Minérale !

[1] ” Tournée Minérale ” vendredi : ” 4 verres de vin par jour augmentent de 50 % le risque de cancer du sein “ / La première, RTBF, 2019.

[2] Panorama de la santé 2017 / OCDE, 2018.

 

ParInfor-Drogues

Infor-Drogues recherche un(e) formateur(rice) à mi-temps

Offre d'emploiOffre d’emploi

Formateur(rice) à mi-temps (19 heures/semaine) CDI

Présentation du service de prévention d’Infor-Drogues

Infor-Drogues (www.infordrogues.be) est une institution offrant un appui aux personnes et aux collectivités touchées de près ou de loin par la problématique des drogues. Au sein de l’institution, le service de prévention reçoit les demandes des professionnels de divers secteurs (éducation, services sociaux, hospitaliers…) à propos de la prévention et de la gestion des substances psychoactives.

Missions et tâches

  • accueillir des professionnels ou des membres de collectifs non professionnels à propos des consommations au sein de leur public, notamment les jeunes et/ou un public précarisé ;
  • construire et assurer des activités de formation (sensibilisation, information, accompagnement d’équipes ou de projets, conférences…) auprès de professionnels des secteurs psycho-médico-sociaux et de l’éducation, à Bruxelles et en Wallonie ;
  • participer à des projets menés en partenariat avec d’autres associations et à des groupes de travail ;
  • participer à la rédaction de rapports d’activités ou autres écrits témoignant de notre travail de terrain ;
  • se tenir informé sur la thématique des drogues, des dépendances, dans des registres variés (législation, philosophie, ethnologie, sociologie, psychologie, psychanalyse…).

Profil recherché

  • master en sciences humaines (philosophie, anthropologie, sciences de l’éducation…) ;
  • intérêt pour la formation d’adultes, l’éducation permanente et adhésion aux principes de la promotion de la santé ;
  • capacité à questionner sa pratique professionnelle, à travailler en équipe aussi bien que d’une façon autonome ;
  • expérience professionnelle souhaitée ;
  • Permis B et véhicule sont des atouts

Comment postuler

Envoyez CV + lettre de motivation à prevention@infordrogues.be avant le 8 février 2019.

ParInfor-Drogues

Infor-Drogues cherche un(e) assistant(e) social(e)

Offre d'emploiContrat : Temps plein – CDI – ACS

Infor-Drogues ASBL recrute un(e) assistant(e) social(e), temps plein (38 heures / semaine), pour rejoindre son équipe pluridisciplinaire d’accompagnement et de permanence téléphonique destinée aux consommateurs de drogues, familles, amis, professionnels de la santé, etc. (accueil, guidance et information).

Ce poste est réservé uniquement aux personnes ayant un statut ACS (référence de l’offre :  voir avec ACTIRIS)

Date d’engagement : le plus rapidement possible.

 

Profil recherché, Compétences, Formations, Expérience

Bienvenue aux jeunes diplômes. Un stage dans le secteur toxicomanies ou de l’écoute est un atout. Capacité d’écoute, d’empathie et de non-jugement. Facilité d’expression orale et écrite. Flexibilité dans les horaires.

  • Permanence téléphonique. Il s’agit d’une permanence téléphonique ouverte à toute personne (jeune, adulte, usager de drogues, proche d’usagers, professionnel) qui souhaite parler et poser des questions, dans l’anonymat et la confidentialité, à propos des drogues et de leurs usages.
  • Participation au service d’e-permanence. Toute personne qui souhaite parler ou poser une question à propos des drogues et de leurs usages peut adresser une demande dans l’anonymat et la confidentialité via le site internet. L’équipe s’engage à répondre dans les 72 heures.
  • Guidance sociale ponctuelle ou à long terme avec des usagers de drogues ou leurs proches.
  • Participation aux réunions d’équipe, supervisions et échanges de pratiques
  • Tenue d’une permanence sociale une fois par mois chez un partenaire du secteur.
  • Participation au chat qu’Infor-Drogues lancera courant 2019

 

Comment postuler

Envoyez CV + lettre de motivation à maud.devroey [at] infordrogues.be

 

ParInfor-Drogues

Les festivaliers aussi victimes de la prohibition

festivalLe weekend dernier en Australie, un jeune homme est décédé et plusieurs autres personnes ont été hospitalisées après avoir fait une overdose. Ils participaient tous à l’un des plus grands festivals de musique électronique de l’hémisphère sud.

Face à cette situation, Gladys Berejiklian, première ministre de la région où se déroule l’événement, a déclaré que son gouvernement restait opposé au testing de produits psychotropes. Elle prétexte en effet que “nous savons que le testing ne fonctionnera pas, car il donnera le feu vert aux personnes qui veulent prendre des substances qui pourraient encore les tuer”.

Pourtant, l’idée inverse commence à faire son chemin en Angleterre. L’été dernier, la présence d’un stand de testing au festival Secret Garden Party de Cambridgeshire a permis de réduire de 95 % le nombre d’hospitalisations liées à la prise de stupéfiants.

Très loin d’encourager la consommation, les organisateurs ont constaté que le testing permettait aux festivaliers de décider de ne pas consommer si la qualité de leur produit n’était pas celle attendue. Ainsi, deux tiers des personnes trompées sur la marchandise ont remis leur substance à la police.

Le fait d’être conscient de ce qu’ils consomment incite aussi les festivaliers à transmettre les résultats des tests ainsi que les conseils de réduction des risques reçus au stand de l’association à ceux qui les accompagnent et sur les réseaux sociaux.

En Belgique, un tel service est proposé dans certains festivals par Modus Vivendi ASBL, mais de nombreux organisateurs restent réticents à l’idée de se positionner contre les autorités locales, qui constituent une source importante de subsides. Une fois de plus, c’est au niveau politique qu’un changement de mentalité doit se faire pour garantir la santé et la sécurité de plusieurs centaines de consommateurs, aussi bien en Belgique que partout ailleurs.

 

ParInfor-Drogues

Infor-Drogues vous invite à son apéroréseau !

aperoreseaux 2018Le 15 novembre prochain, Infor-Drogues accueillera le dernier apéroréseau de la saison 2018. Nous vous y attendons dès 17 h 30 et vous proposerons pour l’occasion une séance d’information sur le CBD, ce cannabinoïde devenu ultra-populaire en 2018, mais qui pose encore de nombreuses questions, notamment par rapport à sa légalité, sa commercialisation et ses effets.

Organisés par la FEDITO BXL, les apéroréseaux sont l’occasion pour les nombreuses associations du secteur bruxellois de la toxicomanie de se rencontrer et d’échanger sur leurs différents projets dans une ambiance conviviale et informelle. Prévention, réduction des risques, accueil à bas seuil, hébergement, soins… Dans la capitale, le monde des services spécialisés dans le domaine social-santé est vaste et varié, nous n’avons donc pas toujours la possibilité de nous rencontrer dans des circonstances plus détendues. Ces événements sont l’occasion d’entretenir et de consolider les liens avec des partenaires, mais aussi d’en rencontrer de nouveaux.

A l’origine de ces rencontres, la FEDITO BXL (Fédération Bruxelloise des Institutions pour Toxicomanes) rassemble 27 institutions actives dans le secteur de la toxicomanie à Bruxelles, aussi bien au niveau de l’information, de la prévention, de la réduction des risques, des soins, de l’épidémiologie, etc. Son statut de coordinatrice permet à cette ASBL de donner une visibilité aux missions et aux messages que le secteur souhaite mettre en avant auprès des pouvoirs publics et des médias, avec pour objectif de mettre le phénomène complexe de la toxicomanie au centre des préoccupations.

Les membres d’Infor-Drogues et de la FEDITO BXL vous souhaitent donc la bienvenue et espèrent vous voir nombreux dans nos locaux, rue du Marteau 19, 1000 Bruxelles, jeudi prochain dès 17 h 30.

Pour plus d’informations et/ou confirmer votre participation : 02 227 52 60 ou courrier@infordrogues.be

ParInfor-Drogues