[Dans la presse] Dossier festivals : Un été de décibels (Moustique)

[Dans la presse] Dossier festivals : Un été de décibels (Moustique)

Alors que le début de l’été annonce le retour des festivals de musique, le magazine Moustique s’est penché sur leur place dans la société actuelle. Écologie, violences sexistes, inflation, etc., ces dernières années ont vu de nouvelles préoccupations apparaitre sur le devant de la scène sociétale. Des questions qui n’épargnent pas les festivals, qui doivent aborder de front ces changements nécessaires s’ils veulent rester aussi pertinents qu’attrayants. Parmi ces questions, celle des consommations de drogues n’est certainement pas nouvelle. Elle n’en reste pas moins actuelle et essentielle à aborder. C’est pour aborder cette problématique que le magazine Moustique a sollicité l’avis d’Infor-Drogues dans son dernier numéro consacré aux Festivals de musique et aux défis qu’ils doivent affronter.

Car festivals et drogues illégales sont durablement associés dans l’imaginaire collectif, trainant une image de lieux de consommation débridée. Des perceptions relayée par les médias et renforcée par les nombreux contrôles policiers mis en place. En réalité, ces usages sont certainement plus visibles et plus concentrés à un même endroit que réellement plus nombreuses en festivals, ou dans certains évènements plutôt que d’autres. Ils sont également pour la plupart très occasionnels et liés à ce contexte précis. En dehors de cette période, les drogues ne prennent que peu de place dans la vie de ces festivalier·ère·s.

Un contexte particulier

Des consommations qui ne sont pas étonnantes dans un cadre festif où autant de dynamiques sociales se mettent en place. Véritable mise en pause de la société et de ses nombreux tracas, ces rassemblements permettent aux participant·e·s de se détendre ou de se vider l’esprit, de faire des rencontres ou de resserrer le lien avec des proches, etc. Pour certain·e·s, cela se fait en toute sobriété, d’autres s’appuient sur des produits illégaux, mais aussi légaux. C’est le cas pour l’alcool, omniprésent dans les festivals, mais qui tracasse beaucoup moins les organisateur·rice·s et les autorités.

Car pour la majorité des festivals, faire de la prévention se limite à rappeler l’interdit et miser sur la répression. Autant dire que ce n’est pas très efficace. Même dans les évènements qui mettent en place un partenariat avec des acteurs spécialisés, comme Modus Vivendi à Dour et Esperanzah, les forces de l’ordre et la répression sont omniprésentes. Après des dizaines d’années de fouilles minutieuses et de contrôles policiers, les drogues illégales sont pourtant loin d’avoir disparu de ces évènements. Pire, ces actions répressives peuvent même augmenter les risques liés à la consommation de produits stupéfiants. Pour éviter les risques judiciaires, certain·e·s usager·ère·s stressé·e·s peuvent en effet consommer plus, ou plus rapidement que s’iels avaient été dans un environnement serein.

Contrôler autrement

Pour nous à Infor-Drogues, c’est non pas la présence de drogues, mais leur qualité qu’il faudrait contrôler. Cela permettrait en effet aux consommateur·rice·s d’être sûrs que le produit dont iels comptent faire usage est bien celui concerné et pas un autre, peut-être plus dangereux. Les associations compétentes pourront aussi plus facilement réaliser leur mission d’information et de prévention. Mais pour mettre ces actions en place, plutôt que continuer à taper dans le vide, la seule solution, c’est de mettre fin à la prohibition.

Consultez notre intervention dans le dossier festival de Moustique en cliquant ici. Pour retrouver le dossier dans son intégralité, rendez-vous en librairie avant le vendredi 30 juin.

ParInfor-Drogues
Les commentaires sont fermés.

Pin It on Pinterest