Conseils de réduction des risques – Speed et Amphétamines

14 conseils pour réduire les risques

  1. L’usage d’amphétamines ou du speed comporte des risques pour le consommateur. Si vous décidez d’en prendre, ces quelques conseils pourront vous être utiles.
  2. Il est préférable de commencer par une petite dose pour évaluer votre réaction et la puissance du produit.
  3. Il est fortement déconseillé de consommer des amphétamines lorsqu’on est angoissé, déprimé ou anxieux. Cet état risque d’empirer.
  4. Evitez de consommer des amphétamines de façon massive plusieurs jours d’affilée. Une consommation modérée en quantité et en fréquence aide à limiter les risques de forte dépendance.
  5. Les mélanges sont à éviter car vous ne savez jamais comment différentes substances vont réagir.
  6. Le speed et les amphétamines épuisent le corps: il est essentiel de se reposer et de bien s’alimenter après une prise (aliments riches en vitamines et sels minéraux, tels que fruits et légumes, …).
  7. En cas d’activité intense, reposez-vous, aérez-vous et buvez régulièrement mais en petites quantités. Attention: l’alcool a un effet déshydratant et masque les signaux d’alarme du corps (douleurs musculaires). Il est préférable de porter des vêtements amples et d’éviter casquette et bonnet (sauf au soleil).
  8. Les amphétamines sont à déconseiller, particulièrement en cas de problèmes cardio-vasculaires, de tension élevée, de diabète, d’asthme ou d’épilepsie.
  9. Pendant la période de “bloque” et d’examens, il est souhaitable de dormir suffisamment et de se nourrir régulièrement si l’on veut éviter les trous de mémoire et l’effondrement durant (ou après) la session.
  10. Après une prise d’amphétamines, ne prenez pas le volant! Excitation, euphorie, nervosité, agressivité peuvent entraîner une conduite inadaptée ou une prise de risques inconsidérée.
  11. Sniffé, le speed peut endommager la cloison nasale. Pour atténuer ces inconvénients, il est utile de rincer les fosses nasales avec du sérum physiologique avant et surtout après le sniff. Ne partagez ni pailles, ni billets afin d’éviter les risques de transmission des hépatites et du Sida. Si l’injection est pratiquée, ne partagez jamais votre matériel d’injection (seringue, cuillère, eau, filtre, etc.). Utilisez systématiquement du matériel neuf à chaque injection.
  12. Si vous suivez un traitement médical (antidépresseurs, traitement de substitution, trithérapie, …), parlez-en à votre médecin. La combinaison de certaines substances peut entraîner des risques importants.
  13. Comme tous produits psychotropes, le speed et les amphétamines peuvent être dommageables pour le bébé si vous êtes enceinte ou allaitez.
  14. Le speed peut augmenter le désir sexuel: n’oubliez pas votre préservatif.

Que faire en cas d’urgence ?

En cas de malaise suite à une prise d’amphétamines ou à un mélange, si la personne est consciente, amenez-la au calme, rassurez-la, aérez-la, offrez-lui de l’eau. Si la personne est inconsciente, appelez d’urgence les secours: formez le n°100 ou n°112 (service médical d’urgence – appel gratuit).

Décrivez la personne comme suit: est-elle consciente ou inconsciente, respire-t-elle ou non, son cœur bat-il ou non. Donnez l’adresse exacte (rue, n°, étage). L’état de la personne et le lieu de l’accident sont les deux seules informations nécessaires! Une fois le personnel médical sur place, signalez-lui les produits consommés; il est tenu au secret professionnel.

En intervenant rapidement, vous pouvez lui éviter des problèmes graves, peut-être même lui sauver la vie. Pensez-y ! Si l’accident a lieu dans un endroit privé, la police n’est pas autorisée à y pénétrer sans un mandat.

Centre anti-poison : 070 / 245 245
SOS médecins (à Bruxelles) : 02 / 513 02 02
Autres services de garde: 100

A qui en parler ?
Si vous voulez parler de drogue, aider un ami ou faire le point sur votre consommation:
Infor-Drogues : 02 / 227 52 52

Vous pouvez également consulter notre brochure de réduction des risques dédiée aux amphétamines

 

Avertissement

 [ Vous tentez d’accéder à des conseils de réduction des risques ]


Savez-vous où vous mettez les pieds ?

Les conseils de réduction des risques s’adressent spécifiquement à un public d’usagers de drogues, qu’il s’agisse d’usagers “avérés”, polytoxicomanes, ou de consommateurs réguliers ou occasionnels.

Ils peuvent également être donnés à des proches de consommateurs (parents, amis, …) pour autant que ces personnes soient au clair quant à la démarche de réduction des risques.

En outre, ces conseils s’adressent indirectement aux professionnels de la santé et du social ayant des contacts avec des usagers de drogues.