Conseils de réduction des risques – GHB – GBL

7 conseils pour réduire les risques

  1. Être attentif au dosage. Mieux vaut commencer par une faible dose (une petite gorgée par ex.) et attendre l’arrivée des effets. Espacer les prises.
  2. S’entourer de personnes de confiance qui peuvent réagir en cas de malaise.
  3. Éviter les mélanges, surtout avec les produits calmants (risque d’overdose). LE mélange à éviter = GHB ou GBL + alcool (même une bière…) !
  4. Éviter de conduire ou toute autre activité qui demande de la concentration.
  5. Le GHB-GBL est un désinhibant : ne pas oublier d’utiliser préservatif et lubrifiant !
  6. Sans devenir parano, mais simplement prudent… Surveiller son verre, ne pas accepter pas une boisson qui n’est pas offerte au bar, et ne pas consommer une boisson dont on ne connaît pas la provenance et le contenu.
  7. Solidarité, solidarité : veiller sur tes amis !

Que faire en cas d’urgence ?

En cas de malaise : Si la personne est consciente, amenez-la au calme, rassurez-la, rappelez-lui qu’elle a consommé et que son malaise va s’arrêter, aérez-la, offrez-lui de l’eau. Veillez à ce qu’elle reste éveillée.

En intervenant rapidement vous pouvez sauver la vie de quelqu’un. Pensez-y !

La police n’accompagne le service d’urgence dans un lieu privé que si la personne est inconsciente (nécessité de réanimation, décès possible).

En cas de besoin :

Centre anti-poison : 070/245.245
SOS Médecins (à Bxl) : 02/513.02.02
Autres services de garde : 100

Vous pouvez également consulter notre brochure de réduction des risques dédiée au GHB – GBL

 

Avertissement

 [ Vous tentez d’accéder à des conseils de réduction des risques ]


Savez-vous où vous mettez les pieds ?

Les conseils de réduction des risques s’adressent spécifiquement à un public d’usagers de drogues, qu’il s’agisse d’usagers “avérés”, polytoxicomanes, ou de consommateurs réguliers ou occasionnels.

Ils peuvent également être donnés à des proches de consommateurs (parents, amis, …) pour autant que ces personnes soient au clair quant à la démarche de réduction des risques.

En outre, ces conseils s’adressent indirectement aux professionnels de la santé et du social ayant des contacts avec des usagers de drogues.