Conseils de réduction des risques – Ecstasy

13 conseils pour réduire les risques

  1. Lorsque vous achetez de l’XTC, ne le faites de préférence ni en rue ni en discothèque. Si malgré tout vous le faites, informez-vous auprès d’autres usagers sur la qualité des pilules et la fiabilité du revendeur.
  2. Lorsque vous avez acheté une pilule, commencez par une demi-dose et attendez +/- une heure pour en apprécier l’effet, surtout si c’est la première fois que vous en prenez!
  3. Si après une heure, vous ne sentez toujours pas les effets de la pilule, patientez avant d’en avaler une seconde. En effet, certaines substances actives se manifestent avec un effet retard. De plus, certaines pilules vendues comme de l’XTC peuvent contenir une autre substance active en quantité dangereuse. Attention à la surdose!
  4. Ne prenez de l’ecstasy que si vous vous sentez bien physiquement et mentalement. En prenant un produit psychoactif lorsque vous vous sentez mal ou angoissé, voter état risque d’empirer.
  5. Pour éviter le coup de chaleur, buvez fréquemment de l’eau en petites quantités, rafraîchissez-vous (en prenant l’air, en vous aspergeant la nuque d’eau froide, etc.).
  6. Entourez-vous de personnes de confiance, ne vous isolez pas.
  7. Avant de sortir, fixez-vous une limite (durée de la sortie, nombre de pilule(s), …). Cela vous permettra d’éviter l’usage abusif.
  8. Mieux vaut réserver cette substance aux occasions spéciales. Une consommation fréquente diminue les effets psychédéliques d’ouverture et de bien-être et augmente les risques d’abus.
  9. La “descente” fait partie de l’expérience psychotrope. La retarder en gobant davantage ne fait que la rendre plus difficile. La descente, après un temps de prise limité, peut être agréable.
  10. L’usage d’ecstasy est déconseillé aux personnes souffrant de faiblesse cardiaque, d’hypertension, d’insuffisance rénale, d’insuffisance respiratoire ou de diabète.
  11. L’ecstasy traverse la barrière placentaire et passe dans le lait maternel. Il est donc fortement déconseillé aux femmes enceintes ou qui allaitent. Quel que soit le produit, veillez à ne pas le laisser traîner à la portée des enfants.
  12. Toutes les drogues, et donc l’ecstasy, entraînent une baisse de vigilance qui peut être à l’origine de relations sexuelles non-protégées et, parfois, non-désirées. Ayez toujours des préservatifs sur vous. Lorsque vous sortez avec un groupe d’amis, veillez les uns sur les autres.
  13. Évitez toute activité exigeant de la concentration (travail sur des machines, conduite automobile, …): excitation, euphorie, nervosité, voire agressivité peuvent entraîner des conduites inadaptées ou une prise de risque inconsidérée.

 Que faire en cas d’urgence?

  • En cas de malaise suite à une prise d’ecstasy ou à un mélange:
  • Si la personne est consciente, amenez-la au calme, rassurez-la, aérez-la, offrez-lui de l’eau en petites quantités.
  • Si la personne est inconsciente, appelez d’urgence les secours: formez le n°100 ou le 112 (service médical d’urgence – appel gratuit).
  • Décrivez l’état de la personne comme suit: est-elle consciente ou inconsciente? Respire-t-elle ou non? Son cœur bat-il ou non?
  • Donnez l’adresse exacte (rue, n°, étage).

L’état de la personne et le lieu de l’accident sont les deux seules informations nécessaires! Une fois le personnel médical sur place, signalez-lui les produits consommés; il est tenu au secret professionnel.

n°100 = urgence médicale
n°101 = police
n°112 = urgence médicale + police

  • En intervenant rapidement, vous pouvez lui éviter des problèmes graves, peut-être même lui sauver la vie. Pensez-y !
  • Si l’accident a lieu dans un endroit privé, la police n’est pas autorisée à y pénétrer sans un mandat. Dans un lieu public, elle accompagne généralement les secours.

Les mélanges

XTC+Alcool
Ce mélange, bien que très courant, est déconseillé. L’XTC masque l’ivresse due à l’alcool: une fois l’effet de l’XTC estompé, l’ivresse peut survenir brutalement. C’est particulièrement dangereux, en fin de soirée, lorsque vous reprenez le volant (perception faussée, diminution des réflexes, endormissement, …). De plus, ce mélange contribue fortement à la déshydratation et à la surcharge du foie.
Enfin, la consommation d’alcool diminue la perception des signaux d’alarme qui annoncent le coup de chaleur (douleurs musculaires, etc.).

XTC + Cannabis
Le cannabis renforce l’effet psychédélique de l’XTC. Certains usagers prennent du cannabis en “descente” d’XTC. Les risques ne seraient pas plus importants que ceux qui sont propres à chaque produit (pas de cumul des risques).


XTC + boissons excitantes

On trouve actuellement des boissons à haute concentration de caféine et/ou de guarana (plante stimulante), appelées “smart drinks” (par exemple Red Bull, Virus, …). Elles sont souvent consommées sous forme de cocktails alcoolisés. L’association de boissons énergisantes avec de l’XTC augmente la nervosité générale, le stress et le risque de troubles cardiaques.


XTC + stimulants
(amphétamines, speed, cocaïne…)
En accentuant l’effet stimulant de l’XTC, cette combinaison est très risquée : elle augmente la toxicité de l’ecstasy, accentue le phénomène de surchauffe et le risque d’hyperthermie. Ce mélange augmente également le risque de troubles cardiaques.


XTC + LSD
(acide / trip / micro-pointe)
L’effet est imprévisible. La probabilité de perdre contact avec la réalité (bad trip, dépersonnalisation, hallucinations) est augmentée.


XTC + antidépresseurs

L’usage d’XTC est à proscrire en cas de prise d’antidépresseurs de type IMAO (Niamid®, Aurorix®, Iproclozide®). Associés à l’XTC, ils peuvent produire une grave crise d’hypertension.
On ne connaît pas les risques propres à l’association d’XTC et d’autres antidépresseurs.


XTC + produits dépresseurs

(Héroïne, méthadone, …ou Rohypnol®, Valium®, Xanax®…)
Ces substances ont tendance à neutraliser l’effet stimulant de l’XTC. Elles sont donc principalement consommées en descente. Attention à la dépendance rapide qu’entraînent tous ces produits!


XTC + Viagra
Cette combinaison est à déconseiller en raison des troubles cardiaques qu’elle peut occasionner. Par ailleurs, le danger réside dans l’oubli du préservatif: dans le feu de l’action, les personnes qui associent drogues et viagra ont plus souvent des relations non ou mal protégées. A cela s’ajoute le risque plus grand d’irritation des muqueuses en cas de relations sexuelles prolongées dans le temps.

Il existe des cas connus où l’utilisation d’XTC a entraîné la mort. Les décès attribués à l’XTC sont généralement survenus à la suite de mélanges de différentes substances (principalement l’alcool). Par ailleurs, d’autres produits qui ne sont pas de la MDMA (mais la confusion existe) peuvent entraîner la mort en cas de surdosage (PMA, GHB, …).

 

Avertissement

 [ Vous tentez d’accéder à des conseils de réduction des risques ]


Savez-vous où vous mettez les pieds ?

Les conseils de réduction des risques s’adressent spécifiquement à un public d’usagers de drogues, qu’il s’agisse d’usagers “avérés”, polytoxicomanes, ou de consommateurs réguliers ou occasionnels.

Ils peuvent également être donnés à des proches de consommateurs (parents, amis, …) pour autant que ces personnes soient au clair quant à la démarche de réduction des risques.

En outre, ces conseils s’adressent indirectement aux professionnels de la santé et du social ayant des contacts avec des usagers de drogues.